Le taux d’endettement est un indicateur dont se servent les structures de prêt pour déterminer la capacité de remboursement d’une personne. Il permet également à l’emprunteur de savoir si son projet est économiquement viable ou non. Il s’utilise pour tout type de prêt : les crédits auto, les crédits étudiants ou encore les prêts immobiliers. La détermination de cet indicateur se fait d’une manière très simple et s’appuie aussi bien sur le calcul des revenus que sur celui des charges.

Le calcul des revenus pour le taux d’endettement

Pour calculer les revenus d’une personne, les banques s’appuient uniquement sur les rentrées fixes d’argent de celle-ci. Ainsi, le premier revenu qui est pris en compte pour le taux d’endettement est le salaire net figurant sur la fiche de paye du contractant. Si le contractant est en couple, le calcul peut tenir compte des salaires nets du foyer. Ensuite, les banques tiennent compte des revenus liés à la location d’un bien immobilier. Si le contractant a mis en location une maison, le loyer mensuel de celui-ci sera pris en compte. Enfin, les différentes pensions perçues sont prises en considération dans le calcul. Comme pensions, il s’agit aussi bien des pensions alimentaires que des pensions retraites ou allocations aux adultes.

Par ailleurs, les revenus variables comme les primes, les indemnités ou les allocations ne sont pas pris en compte dans le calcul. Il est cependant possible de négocier avec la banque pour ajouter ces derniers au calcul, mais cela est loin d’être évident.

Le calcul des charges pour le taux d’endettement

Les charges prises en compte dans le calcul sont également celles qui sont fixes. Les banques tiennent d’abord compte des crédits contractés au préalable par le foyer souhaitant bénéficier d’un nouveau prêt. Il s’agit notamment des crédits à la consommation, des prêts immobiliers et des crédits à taux zéro.

Comme crédits à la consommation, il s’agit des crédits auto, des prêts travaux ainsi que des prêts personnels. Les crédits à taux zéro de leur côté sont essentiellement le PTZ et l’éco-PTZ. Ensuite, les banques tiennent compte des pensions alimentaires versées et bien sûr du loyer payé mensuellement s’il s’agit d’une personne vivant en location.

Formule de calcul du taux d’endettement

La formule est très simple. Elle prend le total des charges et le divise par le total des revenus. Le produit obtenu est par la suite multiplié par 100 afin d’obtenir le taux d’endettement. Prenons le cas d’un demandeur de prêt dont le total des revenus mensuels est de 2 900 euros. Celui-ci a dans le même temps des charges évaluées à une somme de 1 300 euros. Son taux d’endettement s’élève donc à 44,8 %.

Le taux d’endettement différentiel

Il s’agit d’une variante du taux différentiel classique qui est destiné prioritairement aux investisseurs locatifs. Il est un peu différent dans son approche de calcul. Il commence par le calcul du solde investisseur. Il soustrait les charges foncières des revenus fonciers. Ensuite, il ajoute le résultat obtenu aux revenus. Lorsque le solde est positif, il s’ajoute aux revenus. Mais lorsqu’il est négatif, il se soustrait de ces derniers.

Le taux d’endettement différentiel s’obtient en divisant le total des autres charges sans les charges foncières par le précédent résultat. Le résultat sera bien sûr multiplié par 100 pour obtenir un résultat en pourcentage.